SAR France

Sons of the American Revolution - Branche française

I would like to be invited into "SAR France".

Charles René Ague de La Voute

 

 

Charles René AGUE de la VOÛTE (1762-1793)

 

 

Charles-René AGUE, chevalier, seigneur de la VOUTE et SAINT-COUTANT est né le 3 juillet 1762 au manoir de Fonsalmois, commune d’Anché (Vienne), qui était un centre protestant important. Sa famille paternelle est d’origine écossaise, et vint s’établir en Poitou pendant la guerre de cent ans, à la suite de Marie STUART, épouse de François II, Roi de France, tandis que sa famille maternelle les Le COQ de SAINT-VERTUNIEN est issue d’un médecin du Roi, doyen de la faculté de médecine de Poitiers et alliée aux puissants seigneurs de Couhé et de Lusignan. Il entra comme cadet gentilhomme au régiment d'Agenois le 1er septembre 1777 et participa à la Guerre d’indépendance des États-Unis avec son frère Marie Charles-René AGUE de la VOUTE (12 mars 1764 - 1er Janvier 1838) sous lesordres de Rochambeau. Il fut blessé à la bataille de Savannah. Le 15 mai 1783 il fut nommé lieutenant.

Fonsalmois (Anché,79) propriété AGUE de la VOUTE

 

Au moment de la Révolution, il rejoignit les émigrés et servit dans l’armée des Princes en 1792 et dans Loyal Emigrant en 1793. Il passa ensuite sous les ordres du comte de PUYSAYE, qui avait formé le projet de faire débarquer le comte d’ARTOIS (futur Charles X) en Vendée afin qu’il prenne la tête de l’Armée Catholique et Royale vendéenne pour reconquérir le trône de France. Le chevalier de la VOUTE trouva la mort au combat de Saint-Cyr-en-Talmondais (Vendée), le 24 septembre 1795, lors d’une lamentable tentative de débarquement organisée avec les Anglais (commodore WARREN) à partir de l’île d’Yeu (où le comte d’ARTOIS ne descendit même pas de son bateau), et mal coordonnée avec CHARETTE, qui y perdit l’un de ses principaux lieutenants, GUERIN.

Charles-René AGUE de la VOUTE fut tué lors de l’assaut de l’église de ce petit village, d’où les Républicains dominaient le théâtre de la bataille : les assaillants étaient littéralement « tirés comme des lapins » et durent se retirer vaincus, faute d’une artillerie suffisante pour déloger leurs ennemis.

Il avait épousé à Poitiers en 1789 Radegonde-Félicité de TOUZALIN, née à Poitiers en 1768, fille de Charles-Rémy, capitaine des gardes du Roi, seigneur de Lussabeau et de Marie-Catherine de la BARRE de ROM. Radegonde-Félicité revendit Fonsalmois en 1802 à la famille VENAULT de BOURLEUF qui en est toujours propriétaire aujourd’hui.

Armoiries : « « d’Argent à trois fasces de sable et d’ un croissant de gueules en chef »

____________________________

Descendants SAR: Bertrand Savatier (rédacteur), Yves Savatier, Damien Savatier, Hubert Savatier, Adrien Ploix de Rotrou, Nicolas Rodier