MOBI-SNALC

Triple dispositif dédié aux adhérents du SNALC :
- Prévention et Rémédiation de la Souffrance au Travail (PRST)
- Aide au Développement Personnel (ADP)
- Conseil en Evolution Professionnelle (CEP)

I would like to be invited into "MOBI-SNALC".

Remédiez à vos difficultés

Une carrière d’enseignant est de plus en plus longue au fil des réformes des retraites. Nouvellement nommé, un professeur a pour perspective, s’il reste enseignant toute sa vie, de travailler 41.5 années devant élèves, peut-être 44 ans avec les prochaines réformes. Il sera donc enseignant jusqu’à près de 70 ans. Il est donc important pour vous d’anticiper l’usure du temps de votre corps, et de votre état psychologique.

Pour vous aider à anticiper toute difficulté professionnelle, ponctuelle ou durable, mobi-SNALC comporte un ensemble de référents, anciens enseignants reconvertis dans l’aide à la personne. Sophrologie, Kinésiologie, Psychopraticien, Naturopathe, professeur de Yoga, Thérapeute Familiale, Relaxologue, Coach Vocal…tous sont là pour vous faciliter votre métier, chaque fois que vous en ressentez le besoin, avec des remises intéressantes sur leurs prestations habituelles.

Remédier aux difficultés, c’est aussi pouvoir contacter à tout moment de l’année un des 322 élus académiques du SNALC, pour être écouté, compris, conseillé. C’est apprendre à prendre le temps de la réflexion pour éviter toute précipitation, et d’inévitables erreurs que commettent les enseignants isolés, qui n’ont pas compris ce que pouvait leur apporter un syndicat innovant au 21e siècle : un soutien, dans toutes les étapes et les aléas de leur métier.

 

Pour bénéficier de mobi-SNALC, adhérez au SNALC !

*********************************************************************************

USAGERS DE MOBI-SNALC en 2016-2017, nous leur avons posé ces 4 questions:

1. Lorsque vous avez contacté Mobi-Snalc, quelles difficultés rencontriez-vous au travail ou sur le plan personnel ? Merci de les décrire précisément, et la manière dont vous les viviez.

2.      Vous avez bénéficié de plusieurs séances de coaching avec une coach professionnelle au sein de Mobi-Snalc: qu'est-ce que cela vous a apporté  concrètement ? Qu'est-ce qui a changé depuis ?

3. Parmi tous les services que Mobi-Snalc vous a procurés, qu'est-ce que vous avez le plus apprécié ? Quel service recommanderiez-vous à des professeurs qui ne sont pas encore adhérents au Snalc 

 

4. Acceptez-vous de parler à vos amis et collègues professeurs de Mobi-Snalc ? Et sur les réseaux sociaux ? Nous pouvons en effet vous adresser un flyer à diffuser.

 

1. Cette professeur des écoles depuis 23 ans a contacté Mobi-Snalc via ce site le 16 mai 2017. 

"Suite à un burn-out il y a une dizaine d’années, je présentais encore de l’anxiété dans le travail, un manque de confiance en moi, une impression d’être moins efficace que mes collègues, une lassitude vis-à-vis de certains parents plus virulents. Je ne savais plus si j’étais encore capable de poursuivre ce métier.

En contactant Mobi-Snalc j'ai eu un premier entretien en ligne avec Rémi BOYER qui m'a écoutée puis bien analysé la situation que je vivais. Il m'a orienté vers une référente interne du dispositif de Mobi-Snalc, Anne-Charlotte COLME, qui a apporté un regard neuf sur ma situation et une neutralité qui m’ont permis de prendre du recul par rapport à ce que je vivais.

 

Anne-Charlotte a su me guider pour cibler mon problème et pour mettre en évidence ce qui me faisait du bien. Ses conseils de lecture ont été très pertinents et puissants. Ils ont été une révélation pour moi. Ce coaching a vraiment été très agréable, très efficace, à l’écoute.

Tous les services proposés dans Mobi-Snalc peuvent apporter des choses utiles je pense, cela dépend des situations, des personnalités, je n'avais pour ma part besoin que de celui-là pour l'instant.

Je parlerai volontiers des services de Mobi-Snalc à mes collègues pas de souci."

2. Professeur d'économie depuis 23 ans, il rencontrait des difficultés professionnelles. Il contacte alors Mobi-Snalc le 12 juin 2017.

"J’ai été et je suis un professeur en difficultés : problèmes de discipline, problème d’autorité, problèmes relationnels avec les élèves. J'ai pour objectif de passer un autre concours interne pour travailler au service comptable d’un lycée ou autre établissement d’enseignement, d’un rectorat ou d’une inspection académique.

J'ai bénéficié d'un Bilan professionnel suivi d'un entretien à distance en visiosphère avec Rémi BOYER, qui m'a mis en contact avec un référent externe de Mobi-Snalc, un coach qui m'a aidé à travailler sur ces questions d'autorité qui me posaient problème.

Je recommande tous les services dont j’ai bénéficié aux amis et collègues".

 

3. Jeune professeur des écoles exerçant depuis 3 ans dans l'académie de Montpellier, il a contacté Mobi-Snalc le 4 janvier 2017. Deux mois et 15 jours plus tard, il était sorti de sa souffrance au travail et avait réussi à être recruté par un établissement public, en détachement !

Ma principale difficulté était le décalage entre l’idée que je me faisais de mon travail, et du bien être que j’allais éprouver en le faisant... Et la réalité...

J’ai été muté à plus d’une heure de chez moi en tant que remplaça sur la circonscription. Quasiment toutes les écoles étaient classées rep ou rep +... et j’ai compris très vite que les classes les plus difficiles m’étaient proposées à moi et non aux autres remplaçants car j’étais de ceux qui ne refusaient jamais un remplacement quel qu’il soit... Ceux qui refusaient étaient souvent ceux avec plus d’ancienneté et pouvaient menacer de se mettre en arrêt...

Les classes étaient difficiles, les élèves bruyants, les parents assimilaient l’école comme une garderie, les maladies contagieuses des enfants, les risques psycho sociaux face au public difficile.

Des journées longues et épuisantes de bruit, au fil des récréations... pas un moment de repos, toujours sur le qui vive... Les vacances je ne faisais rien car épuisé et je préparais mes cours, et mon salaire ne le permettait pas entre les déplacements et le prix des voyages en pleine vacances scolaire... la veille de la reprise la boule au ventre, des pleurs... Mais toujours faire face et mettre le masque... après tout : pourquoi je me plains, c’est le métier que j’ai voulu faire, j’ai réussi le concours pour faire ce métier... il fallait tenir.

Pas d’aide de la part des collègues. Du jugement sur mon travail, personne n’est venu même me dire : « ça n’a vraiment pas l’air d’aller, comment peut-on faire pour te soulager...? ». Non chacun dans sa classe, chacun dans sa bulle.

Ça parlait de moi aussi dans la circo, beaucoup de cancans partis de rien et modifié/amplifié donnant une mauvaise image de moi... La sonnerie du téléphone portable le matin sur la route du travail était devenu un véritable supplice... J’ai encore une boule au ventre quand je l’entends...

Jusqu’au Burn Out... et... la révélation : je n’aime pas mon métier et ne pourrais certainement pas tenir toute ma carrière sans y laisser une partie de moi, de mon équilibre et de mon bonheur. J’en ai laissé derrière moi quoi qu’il arrive...

Je me suis retrouvé avec une estime de moi et une confiance en moi à 6 pieds sous terre.

3 ans d’ancienneté, et déjà l’envie de partir.

Le plus dur peut être : l’incompréhension de mon entourage sur mes difficultés et mon mal-être. « Mais tu es fonctionnaire... la sécurité de l’emploi et des perspectives d’évolution ». Pour moi une prison dorée et devenir IEN... Non merci.

« Mais tu as un poste, plein de vacances et un bon salaire arrête de te plaindre...! ». Ça va beaucoup mieux maintenant que tu m’as culpabilisé, merci.

« Ça va t’es un planqué... Tu nous fatigue ». Viens à ma place, tu ne tiendras pas une journée. Passe le concours sinon.

J'ai été orienté par Rémi BOYER après un Bilan Professionnel initial et un entretien en visiosphère vers une coach référente interne sur Mobi-Snalc, Anne-Charlotte COLME, dans le cadre d’une reconversion professionnelle que j’ai mis en place.

J’avais besoin de mieux me connecter avec moi-même et surtout d’avoir une meilleure estime de moi et une meilleure confiance en moi. À travers nos séances via skype, nous avons pu échanger et elle m’a donné des pistes de réflexion, des outils pour trouver confiance et mieux aborder les choses dans mon nouveau travail.

 Depuis je pratique tous les jours les conseils qu’elle m’a apporté ce qui m’a permis de les automatiser et d’avoir de meilleurs rapports face aux collègues de travail, mais aussi face au public auquel je peux être confronté.

L’écoute de Rémi BOYER, sa disponibilité même dans l’urgence et sa bienveillance m'ont été précieuses. Les tests de personnalité pour ma réorientation professionnelle et pour mieux me connaitre personnellement m'ont été aussi très utiles dans mon parcours sur Mobi-Snalc.

Les contenus des différentes sphères conçues par Rémi sont riches en informations techniques et permettent de bien s’orienter. 

 

Whaller est une interface pratique, efficace et permet de respecter notre confidentialité. L’application mobile est un plus !

Je parle déjà autour de moi à d'anciens collègues de Mobi-Snalc de ce dispositif et de son efficacité, quand je rencontre un professeur en souffrance. Je reste à son écoute et lui propose les possibles pour sa reconversion, notamment mobi-snalc et ses services."

4. Professeur agrégé de 47 ans de l'académie de Créteil. Il a contacté Mobi-Snalc le 4 décembre 2016.

 

Depuis quelques années, j'éprouvais de plus en plus de difficultés à adhérer au discours de l'institution et à certaines de ses pratiques. De plus, la raréfaction des portes de sortie susceptibles de me conduire hors de l'enseignement secondaire, la triste réalité du marché de l'emploi et le parcours du combattant frisant la torture du candidat à l'emploi en quête de sa place en ce monde m'ont convaincu de me faire accompagner dans une réflexion sur l' "après Education nationale". Quant aux difficultés personnelles, elles sont diverses, mais se traduisent notamment par les signes diagnostiqués de ce que les psychologues du travail nomment "burn out". Ce n'est pas pour autant que le Comité médical m'a octroyé un CLM, bien au contraire. L'impression d'enfermement que suggère un système n'organisant pas de passerelles pour ses enseignants, dans un pays où la moindre activité doit être validée par un certificat ou diplôme ou bien encore par la réussite à un concours spécifique, autrement dit l'inexistence de cette confiance élémentaire en la capacité des enseignants à exercer ailleurs leurs nombreuses compétences transférables, explique la crise professionnelle et existentielle très profonde que je traverse depuis quelques années, surtout depuis un an et demi.

Ces séances au sein de Mobi-Snalc ont d'abord été une succession de mises au point sur ma situation. Il est important d'avoir un interlocuteur ou une interlocutrice afin de ne pas partir dans tous les sens. Je souligne donc en premier lieu les vertu de l'accompagnement. C'est en partie psychologique, mais pas seulement. Le coaching qui m'a été proposé auprès d'Anne-Charlotte COLME m'y a aidé. Je dois ensuite évoquer la capacité que cela donne en matière d'auto-évaluation. Cela aide à bien mettre en évidence ses points forts et ses propres lacunes, pour mieux orienter le recherche. Le coaching a finalement plutôt validé un projet personnel qui permette de valoriser certaines compétences fondamentales. Il m'aide à rester actif et constructif.

La plate-forme Whaller qui accueille les services de Mobi-Snalc offre des précisions très utiles. Elle permet aussi de tisser la relation, de n'être pas seul. Les informations techniques délivrées par Rémi BOYER, qui me'a proposé dès mon arrivé un Bilan Professionnel puis un entretien en visiosphère (équivalent de Skype), en répondant à toutes mes questions d'ordre juridique, participent de la qualité de ce service.

Si l'occasion s'en présente je n'hésiterais pas à parler de Mobi-Snalc à des professeurs.

5. Professeur certifiée de 43 ans et 18 ans d'ancienneté de l'académie de Nantes. Elle a contacté Mobi-Snalc le 30 janvier 2017.

Je sortais d'un burnout professionnel en raison d'une mutation non choisie et d'une volonté de me former ou me réorienter qui n'était pas envisageable au travers de l'EN.

Au sein de Mobi-Snalc j'ai pu bénéficier dès mon arrivée d'un Bilan Professionnel, puis de différents entretiens, d'une aide à la conception de mon CV et de mes différentes lettres de motivation, avec une aide à la prospection de postes.

Les entretiens avec Rémi BOYER pour m'aider à définir les pistes d'accompagnement personnel et d'évolution professionnelle hors de l'EN m'ont été très utiles.

J'accepte de parler sur les réseaux sociaux et autour de moi de Mobi-Snalc.

 

6. Professeur certifiée de Technologie de 50 ans et près de 15 ans d'ancienneté elle a contacté Mobi-Snalc le 6 janvier 2017.

J'ai contacté Mobi-Snalc car je souhaitais évoluer en me dirigeant vers d'autres fonctions que l'enseignement. J'ai, par moi même suivi plusieurs pistes, mais je me sentais un peu perdue suite à quelques échecs et la difficulté pour trouver les informations nécessaire (où postuler ? quels sont les démarches à faire ? quels sont les risques ? etc.).

Mobi Snalc m'a apporté des réponses rapides et concrètes sur les questions que je me posais sur certaines possibilités : comment faire certaines demandes, le cumul d'activité, le détachement, etc. Un Bilan de Personnalité avec un référent externe m'a permis de confirmer certains choix.

Une réponse rapide et concrète sur des questions de procédures et de démarches administratives m'ont été apportées par Rémi BOYER qui m'a procuré un soutien pour clarifier certaines choses.

J'ai déjà commencé à parler autour de moi de Mobi-Snalc aux personnes en recherche d'évolution professionnelle.

 

7. Professeur certifiée de Lettres de 27 ans et 4 ans d'ancienneté, elle décide de contacter Mobi-Snalc le 18 septembre 2017.

Après avoir été agressée dans mon précédent établissement, l'envie de changer de métier est devenue ma priorité. Lors de mon premier contact, j'envisageais une reconversion dans la communication, sans avoir d'idée bien précise de ce que je pouvais espérer.

 

 Depuis que j'ai commencé à utiliser Mobi-Snalc, après le Bilan Professionnel initial, j'ai pu avoir des entretien avec Rémi BOYER, une aide pour la rédaction de mon C.V, de lettre de motivation, ainsi qu'une aide à la prospection de poste. 

L'entretien de départ est très intéressant, car il permet de mieux connaître sa valeur sur le marché de l'emploi. De plus, l'aide à la rédaction de C.V et de la lettre de motivation permet d'appréhender un exercice difficile. La prospection de poste, permet de savoir où chercher. Pour les amis et collègues qui ne connaissent pas le Snalc je recommande déjà Mobi-snalc pour un projet de reconversion.

J'accepte volontiers d'en parler sur les réseaux sociaux, c'est une initiative qui a le mérite d'exister et qui permet véritablement  de se motiver à changer sur le plan professionnel.

 

8. Professeur des écoles depuis 27 ans, en souffrance au travail à 57 ans, elle contacte Mobi-Snalc le 4 octobre 2017.

"J'étais en souffrance au travail et avais besoin de conseils dans le domaine de la mobilité en vue d'une évolution professionnelle.

J'ai bénéficiée d'un Bilan professionnel, d'un entretien pour définir des stratégies, de propositions d'évolution professionnelle possible, d'une aide au CV et pour mes lettres de motivation, d'une orientation vers un professionnel d'aide à la personne.

Les services dont j'ai bénéficié jusqu'ici ont été très efficaces, m'ont donné entière satisfaction et apporté un encouragement et une aide précieuse. Je suis d'accord pour contribuer à faire connaître ce dispositif."

 

9. Professeur du 2nd degré avec 13 ans dans l'enseignement, elle contacte Mobi-Snalc le 6 janvier 2017. Sa situation était particulièrement difficile.

Lorsque j'ai contacté Mobi-Snalc, j'avais déjà dans l'idée et préparer une reconversion et je me donnais environ 5 ans pour y arriver. Je n'étais plus en accord avec l'Education Nationale, les réformes qui se succédaient me décourageaient, des tâches administratives qui me semblaient inutiles et peu productives... Mais c'était sans compter des événements ont précipité le processus et j'ai dû agir vite. En effet, je venais de vivre une année très difficile, harcelée puis agressée par deux élèves. Je n'avais jusque là jamais eu de problème avec mes classes et toute l'année, j'ai mis en place des actions pour rallier ces élèves, leur redonner confiance et goût dans ma matière. Au départ, je ne pensais pas ne pas pouvoir y arriver et il y a eu des moments où je pensais avoir touché au but, mais les explosions de violence verbale, d'affronts, de moqueries et autres reprenaient ensuite. La classe s'est peu à peu scindée en deux; ceux qui, manipulés, défendaient et riaient aux écarts de conduite de ces élèves et ceux qui ne comprenaient pas pourquoi il n'y avait pas de conseil de discipline, pourquoi de tels agissements étaient possibles et qui mettaient leur énergie à réaliser les tâches pédagogiques proposées. Ces événements ont été assez traumatisants et surtout usants, d'autant que je n'ai pas eu de soutien de la part des collègues de la classe que j'avais réunis, ni de ma chef d'établissement qui cherchait plutôt à se protéger. J'ai été assez seule face à ces problèmes, même si l'assistante sociale a tout de suite accepté d'en parler, de chercher des solutions avec moi. Elle me connaissait bien et savait que j'étais un professeur consciencieux, créatif et respectueux des élèves.

 

Peu à peu, j'ai perdu confiance en mes capacités à gérer les problèmes, j'étais de plus en plus stressée, je ne dormais plus la nuit, ou si j'arrivais à dormir, je me réveillais en sueur et peu à peu, j'ai pris mon travail en horreur... Même l'odeur de mon établissement me donnait la nausée! Moi qui n'en étais finalement jamais sortie, je me retrouvais, après toutes ces années, avec la phobie de l'école!! Et pourtant, je me suis accrochée pendant plusieurs mois, ne comprenant pas ce qu'il m'arrivait. C'est lorsque je suis allée voir le médecin de prévention, sur les conseils de deux collègues non enseignants, que je me suis rendue compte de mon état. Quand il a fallu lui expliquer toute l'histoire, j'étais dans un tel état que je n'arrivais même pas à rester assise. J'avais perdu confiance et estime de moi et cela avait même contaminé mon rôle de maman. Je me sentais en échec, moi qui avait toujours été bonne élève, dynamique et volontaire... Je me suis sentie humiliée, dans une grande solitude.

J'ai bénéficié de 5 ou 6 séances de coaching avec Anne-Charlotte COLME et cela m'a notamment permis de recontacter et de reconnaître mes qualités et mes capacités. J'ai pu faire le point sur les valeurs qui me tiennent à coeur et commencer à mettre en place un projet professionnel qui les respecte, me remettre en contact avec moi-même et visualiser certaines étapes de ma reconversion. J'ai mis en place un calendrier avec des actions à mener afin de me donner un cadre dans mon évolution. Depuis le coaching et grâce aussi à des lectures, du soutien de ma famille et de mes amis, j'ai retrouvé confiance et estime de moi.

J'ai beaucoup apprécié de pouvoir lire des témoignages de personnes qui avaient réussi leur reconversion, et surtout pouvoir en contacter directement certaines pour leur poser toutes mes questions. Cela m'a donné confiance et j'ai vu que nous étions nombreux à vouloir évoluer professionnellement et que c'était possible ! Rémi BOYER est très réactif et le bilan qu'il donne à compléter est un très bon moyen de se retourner sur son passé professionnel et réaliser tout le chemin parcouru, toutes les cartes que l'on a en main... Enfin, avoir la chance de bénéficier de séances de coaching inclues dans mon adhésion au SNALC a été pour moi une très belle surprise !

 

Je parle déjà à toutes mes collègues amies de Mobi-Snalc et leur conseille d'adhérer car pour beaucoup, elles sont aussi en saturation et je veux bien recevoir des flyerspour les diffuser.

 

SI VOUS ETES VOUS AUSSI EN SOUFFRANCE AU TRAVAIL, MOBI-SNALC PEUT VOUS AIDER !

POUR CELA, IL SUFFIT D'ADHERER ICI