MOBI-SNALC

Triple dispositif dédié aux adhérents du SNALC :
- Prévention et Rémédiation de la Souffrance au Travail (PRST)
- Aide au Développement Personnel (ADP)
- Conseil en Evolution Professionnelle (CEP)

Menu

Autoévaluer ma vocation

Les raisons pour lesquelles je choisis le métier de professeur :

- Pourquoi ai-je envie de devenir enseignant ? Par envie ? Par passion ? Par tradition familiale ? Par défaut d’autre chose ?

- Quels me semblent être les attraits de ce métier ? Et ses inconvénients ? Qui m’en a parlé ? Cette source est-elle fiable ? Quelle autre source d’informations me permettrait d’affiner mon jugement ?

- Quelles sont les activités d’un enseignant : se limitent-elles à enseigner ? Comment puis-je en savoir plus ?

- Qu’est-ce qui m’importe le plus dans le choix d’un métier : m’épanouir au travail ? Gagner beaucoup d’argent ? (il est important dans ce cas de comparer les grilles salariales des agents publics selon leurs grades, les professeurs ont peu de primes, et toutes correspondent à un travail effectif).

- Quel est l’état de mes connaissances en psychologie de l’enfant, de l’adolescent ? Mes études me permettent-elles de m’y former ? Sinon, comment compenser ce manque dans ma formation ?

Mes traits de personnalité :

- Est-ce que j’aime aider, accompagner d’autres personnes dans leurs difficultés ? Suis-je en mesure de fournir des exemples ? Ai-je ressenti du plaisir à les voir progresser ? Ai-je aimé me sentir utile ?

- Est-ce que je suis patient avec les enfants ? Est-ce que je sais écouter les besoins des autres ? 

- Est-ce que j’aime créer, imaginer, monter, coordonner des projets ? Seul(e) ou en équipe ? Quels exemples puis-je citer, où le travail en équipe s’est avéré constructif et générateur de bien-être pour tous ?

- Ai-je une autorité naturelle dans un groupe ? Ai-je des appréhensions à faire face à un groupe d’élèves de 20 à 40 individus ? Suis-je prêt(e) à accepter quotidiennement ce regard plus ou moins critique sur ma manière d’être, tout en gardant mon calme et ma bonne humeur ?

(pour les professionnels du privé en reconversion, et ayant exercé des responsabilités) : Suis-je prêt(e) à être dirigé(e), après avoir dirigé moi-même des équipes ? 

- Suis-je autonome et organisé(e) dans mes activités ? Ai-je besoin de l’aide des autres pour être efficace ? (le métier d’enseignant peut engendrer un isolement, il faut en être conscient(e) dès le départ, le travail en équipe rencontre dans certains établissements une réaction collective d’hostilité).

- Ai-je tendance à me décourager facilement ? Quelle est ma méthode pour réagir dans cette situation ?

- Suis-je timide et réservé(e) ? (dans ce cas, un travail thérapeutique préalable est indispensable avant d’enseigner).

- Ai-je déjà été insulté(e) par un enfant ou un adulte ? Quelle a été alors ma réaction ?

- Quelqu’un a-t-il déjà tenté de me menacer ? Ai-je déjà été agressé(e) physiquement ? (cela peut arriver dans certains établissements difficiles) Quelle a été alors ma réaction ?

- Ai-je des inquiétudes à exercer ce métier ? Qu’est-ce qui me stresse le plus : le comportement des élèves ? Les relations avec leurs parents ? Les contacts avec les autres enseignants ? L’évaluation de mon travail par la hiérarchie ? La crainte d’être jugé(e) sans cesse au quotidien ? 

Mon rôle de parent (si je suis ou ai été dans ce cas) : 

- Comment ai-je vécu mon rôle de parent, et quelles valeurs ai-je tenté de transmettre à mes enfants ? 

- Leur ai-je donné une marge de liberté pour se construire, s’affirmer, s’inventer, ou les ai-je façonnés à ma manière d’être ? 

- Ai-je été un père/une mère autoritaire, ou me suis-je souvent sentie dépassé(e), dans une relation conflictuelle avec eux ? 

- Dans ce cas, comment espérer être écouté(e) d’autres adolescents si je me sens en échec vis-à-vis de mes enfants ?

Mes expériences professionnelles quand j’étais étudiant(e) :

- Ai-je pratiqué des expériences professionnelles au contact d’enfants ? (dans la négative, l’obtention du BAFA permet ensuite de tester dans des centres de vacances ou de loisirs ses capacités à animer, à transmettre ses savoirs et savoir-faire, à gérer son stress, à gérer des conflits…) .

- Qu’en ai-je retiré ? L’expérience a-t-elle été positive ?

Ma santé personnelle est-elle compatible avec ce métier ?

- Ai-je des problèmes de santé ? De quel type ? Sont-ils compatibles avec l’exercice d’un métier face à un public nombreux, exigeant, très demandeur, parfois bavard, où je devrais souvent solliciter mes cordes vocales ? Ma santé risque-t-elle de se dégrader, au point de me rendre inapte au métier d’enseignant ?

- Ai-je des problèmes de dos, ou des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS), qui rendraient tout déplacement difficile si je suis nommé(e) remplaçant(e) dès ma première affectation ? (et dans ce cas le métier de professeur des écoles qui conduit à se pencher 100 à 200 fois par jour vers les petites chaises, les petites tables, les petits élèves, vous fera vraiment souffrir)

- Ai-je des problèmes de voix ? Ai-je déjà tenté de parler toute une journée sans ressentir de fatigue vocale ? (dans ce cas, une éducation de la voix par des stages de théâtre est conseillée, pour éviter trop rapidement les extinctions de voix et leurs complications, comme les nodules sur les cordes vocales).

Ma connaissance de l’obéissance hiérarchique dans la Fonction Publique :

- Ai-je connaissance de la déontologie des agents publics ?  Non ? C'est ICI alors !

- Suis-je prêt(e) à accepter l’autorité absolue d’un supérieur hiérarchique (chef d’établissement, inspecteur) ? (un trop grand sens critique ou un caractère trop rebelle risquent de vous poser des difficultés professionnelles au contact de la hiérarchie, habituée à imposer sans grande possibilité de négociation)

- Comment ai-je vécu l’autorité de mes parents ? 

Mes futures conditions de travail :

- Ai-je mon permis de conduire, et une voiture ? S’il le fallait, suis-je prêt(e) à réaliser des remplacements sur plusieurs établissements chaque semaine, pendant 5 à 10 ans au moins ? (les enseignants remplaçants peuvent réaliser jusqu’à 1.000 km par semaine dans certains départements, et leurs indemnités kilométriques ne compensent pas tous les frais occasionnés en particulier l'usure de leur véhicule) ;

- Suis-je prêt(e) à déménager, même à l’autre bout de la France, pour occuper mon premier poste ? (70 pour cent des nouveaux professeurs ayant passé le concours sont affectés en Région Parisienne, dans les académies de Créteil ou de Versailles) ;

- Suis-je prêt(e) à envisager de rester éloigné(e) de ma ville de résidence actuelle ? Et pendant combien de temps ? (les mutations sont difficiles dans l’Éducation Nationale, il faut plus de 10 ans pour espérer rejoindre le département de son choix après avoir été nommé dans les académies de Versailles et de Créteil où les loyers sont parmi les plus chers de France avec Paris. Cela explique en partie que les femmes soient plus attirées par le métier de Professeur des Écoles, car l’affectation s’exerce dans le département où le concours a été tenté, mais leurs mutations interdépartementales sont souvent très difficiles à obtenir, du fait d’un système d’ineat et d’exeat complexe). 

Le parcours de carrière que j’envisage :

- Est-ce que j’envisage cette profession pour toute la vie ? Sinon, pour combien d’années ? Ai-je déjà une idée de ce qui me plairait ensuite ?

- Quelles pourraient être ensuite mes perspectives professionnelles : devenir chef d’établissement ? Inspecteur ? Enseigner à un autre niveau ? Ou à l’étranger ? (il est important de dresser ces perspectives, de se projeter dans l’avenir, ds maintenant !).

 

Une fois vos réponses écrites, lisez-les à haute voix à un membre de votre famille, ou à votre meilleur ami, pour discuter avec lui de TOUT ce qui peut vous inquiéter. Rien ne vaut le regard amical d’une personne en laquelle vous avez toute confiance, pour vous aider à faire le bon choix.

Ensuite, il vous restera à adhérer au SNALC pour bénéficier des conseils d'expérience des intervenants de Mobi-SNALC !