SAR France

Sons of the American Revolution - Branche française

I would like to be invited into "SAR France".

Jean Etienne Balguerie

 

 

Jean-Étienne BALGUERIE  (1756-1831)

 
 

Jean-Étienne Balguerie, dit junior pour le distinguer de son frère aîné Jean-Paul Balguerie, est né à Montpellier le 31 juillet 1756 (où il a été baptisé le 3 août suivant, paroisse Notre-Dame), d’un père négociant, né à Bordeaux mais installé à Montpellier, et de la fille d’un négociant marseillais originaire de Ganges (Hérault). Il a commencé à naviguer très tôt mais on manque de documents sur ses débuts. Les premières croisières au commerce et les deux campagnes sur les navires de guerre du roi qu’on lui attribue habituellement sont en réalité le fait de son frère Jean-Paul, reçu capitaine à Bordeaux et qui sera ensuite négociant à Agde.

 

LA GUERRE D'INDÉPENDANCE AMÉRICAINE

 

Le premier commandement connu de Balguerie junior est le brigantin  LE DARCY . Ce petit navire très rapide est armé en juin 1779 par l’armateur bordelais Arnaud Lavaud aîné pour porter aux administrateurs de Saint-Domingue les lettres du ministre de la marine et des colonies et pour rapporter leurs réponses en métropole. La France est en guerre. Jean-Étienne Balguerie a l’ordre de jeter ces lettres à la mer au cas "où il y serait forcé par les circonstances" parce qu’elles ne doivent en aucun cas tomber aux mains de l’ennemi. Il a aussi une lettre de course, dite en guerre et marchandises, pour avoir le droit de capturer ou de rançonner des navires britanniques si l’occasion se présente. Son fils Charles Balguerie et son petit-fils William Lawton attribuent à ce navire deux prises importantes. L’année suivante, Jean-Étienne Balguerie commande  L’INFANT D’ANGOLE, lui aussi armé en guerre et marchandises pour Saint-Domingue. On lui attribue également deux prises. Charles Balguerie précise que ce navire a servi de mouche (c’est-à-dire d’éclaireur) au convoi de 19 navires marchands rentré de Saint-Domingue à Nantes le 13 mai 1782, ce qui suppose que  L’INFANT D’ANGOLE , armé de 18 canons, avait d’excellentes qualités nautiques.

 

PAR LA SUITE

 Jean-Étienne Balguerie commande de 1783 à 1785  L’HIPPOPOTAME, navire de 800 tonneaux qui fut le premier bâtiment bordelais à aller jusqu’en Chine. Son journal de bord a fait l’objet de plusieurs publications. On y apprend entre autres choses comment faire pour vendre clandestinement de l’opium à Canton ! Balguerie junior commande d’autres navires jusqu’en 1788. On lui demande en 1793 de prendre le commandement d’un vaisseau de ligne, mais il refuse parce qu’il dirige déjà sa maison de commerce et d’armement maritime depuis 1789. Il a armé jusqu’en 1819 97 navires, dont quelques négriers et 27 corsaires. Parmi ces derniers,  LA  PSYCHÉ  et  LE BORDELAIS  firent de très nombreuses prises britanniques. Il a reçu la légion d’honneur pour avoir armé en 1817   LE BORDELAIS , qui fit un tour du monde d’exploration commerciale et dont le capitaine, le marquis de Roquefeuil, a publié un récit.

 

Jean-Étienne Balguerie a été dès 1803 membre du conseil puis de la chambre de commerce de Bordeaux, qu’il présida en 1816-1817 et en 1825-1826, juge au tribunal de commerce, et conseiller municipal. Il contribua à l’installation paisible du nouveau régime lors des deux restaurations, en 1814 et en 1815, ce qui lui valut la croix du Lys. Élu député de la Gironde en 1827, il siégea au centre-gauche avec les constitutionnels et démissionna en 1830, semble-t-il pour des raisons de santé. Il est mort à Bordeaux le 11 mars 1831, ruiné par les difficultés économiques liées à la révolution de 1830.

 

 

 

 

 

Descendant SAR : Jean-Mathieu ROBINE (Rédacteur)