SAR France

Sons of the American Revolution - Branche française

I would like to be invited into "SAR France".

Jacques Augustin Colleville

 

 

 

 

JACQUES-AUGUSTIN COLLEVILLE (1748-1810)

 

 

Armateur natif du Havre, il fut armateur de navires corsaires pendant la guerre d'indépendance américaine.

 

ORIGINES

 

Jacques-Augustin Colleville est né le 24 septembre 1748 au Havre. Il est le 4ème enfant de Jacques-Pierre Colleville, né le 20 mai 1708 à Auvillars, dans le pays d'Auge où sa famille est implantée depuis plusieurs générations, qui se verra octroyer la bourgeoisie de la ville du Havre le 4 octobre 1742, et décédera le 30 mars 1789 au Havre, et de Jacqueline Loir, née vers 1707 à Genevillé (Calvados), décédée le 21 novembre 1754 au Havre, paroisse Notre-Dame.

 

Jacques-Augustin Colleville ainsi que son père Jacques-Pierre Colleville appartiendront à la Confrérie du Saint Sacrement de la paroisse Notre-Dame du Havre qui regroupent les personnes du milieu maritime de la ville du Havre.

 

 

LA GUERRE D'INDÉPENDANCE AMÉRICAINE

                                                                                                                                                             Au Havre, pendant  la guerre d’Indépendance le nombre d’armateurs corsaires est très réduit. Jacques Augustin est l'un d'eux, ainsi que son cousin Jacques Colleville.

Jacques Augustin Colleville, associé à Thieullent, procédera  à 5 armements, (et selon certains auteurs 8).

Avec son associé F. Thieullent Jacques Augustin fut le premier à armer des  navires corsaires et l’un des armateurs les plus importants en nombre de navires : Le Furet (ex Catherine-Victoire), Le Racoleur, Le Dugay Trouin, L'Épervier et La Charlotte. 

Le tonnage de ces bâtiments ira de 25  à 100 tx, le nombre d’hommes de 25 à 130, et l’armement de 2 canons avec 2 pierriers à 20 canons avec 20 pierriers.

 La prise du bâtiment anglais La Betsy  par le navire corsaire Le Furet (sloop de 25 tonneaux qui opéra plusieurs prises), aurait permis à la France, selon Hervé Chabannes, archiviste de la Ville du Havre, de reconquérir sa colonie du Sénégal  grâce à la saisie de papiers secrets destinés à l’amirauté britannique. Le capitaine Ducassou, qui commandait alors Le Furet reçut du roi, pour cet exploit, une épée d’honneur en septembre 1778.

Jean Baptiste Denis Le Sueur, officier de l’Amirauté, époux  de Charlotte Geneviève Thieullent, qui a aussi  participé à  l’armement du corsaire Le Dugay Trouin  a insisté dans ces écrits sur son rôle dans l’affaire de La Betsy  en s’attribuant le mérite de la saisie par  le corsaire Le Furet de papiers secrets destinés à l’amirauté britannique.....

 

 La Charlotte, capitaine Ducassou, prit un navire anglais de 180 tx prise reconnue bonne par acte du 2 novembre 1780.

 

Le Racoleur (30 tx, 25 hommes, capitaine Carpentier) fut naufragé et perdu à la côte près de Calais en 1780,  La perte de l'entreprise fut au total de 14 578 livres tournoi, même si dans les courses précédentes des prises  avaient été faites et des profits distribués à l'équipage et aux armateurs.                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

APRÈS LA GUERRE

 

Jacques Augustin Colleville poursuivra après la guerre son activité d'armateur et de négociant au Havre.

 

Il commercera avec les États-Unis après 1783 et rencontrera des difficultés commerciales, comme il est constaté lors de la liquidation de la maison François Thieullent,  Augustin Colleville et Cie qui avait armé le navire Les Amis, capitaine Burgain, adressé à Baltimore chez Ridley et Pringle avec des eaux de vie et vins contre du riz, du tabac et de l'indigo.

 

Le 5 avril 1785 Jacques Augustin Colleville épouse à Ingouville  (Seine-Maritime) Armande Sophie Le Tellier, née le 11 février 1758 au Havre, fille de feu Jean-Baptiste le Tellier, capitaine de navire et de dame Marie Naze. Jacques-Augustin Colleville est alors qualifié de négociant au Havre.

Sur l’acte d’ondoiement le 7 avril 1787 de son fils Arsène Jean Chrysostome, Jacques-Augustin Colleville est qualifié de négociant, bourgeois du Havre. 

 

Il décède  à Cherbourg le 18 mai 1810,  et son acte de décès indique qu'il habitait quai du bassin, et le qualifie d’ancien négociant.

 

 

 

                                                                                                                                                        

Descendant SAR : Gilles COLLEVILLE (rédacteur)