SAR France

Sons of the American Revolution - Branche française

I would like to be invited into "SAR France".

Guillaume Liberge de Granchain

 

 

Guillaume Jacques Constant LIBERGE de GRANCHAIN  (1744-1805)

 

 

LES DÉBUTS DANS LA MARINE

 Né le 9 février 1744 à Granchain (Eure, canton de Beaumesnil),  Guillaume Jacques Constant LIBERGE de GRANCHAIN se destine très tôt à une carrière de marin.

Après son éducation chez les bénédictins de Bernay, il entre aux Gardes-marines de Brest en 1757, au début de la guerre de 7 ans.

Dès cette année là, âgé de 13 ans, sur le vaisseau L'Émeraude, il participe à son premier combat naval au cours duquel il est blessé, fait prisonnier et transporté en Angleterre. Il y sera gardé 1 an, dans une famille il apprendra à parler couramment l'anglais.

Puis réembarqué, il prend part au combat des Cardinaux sur le Sphynx en 1759

 

Nommé enseigne de vaisseau en 1765,

 

Il participe à de nombreuses expéditions maritimes scientifiques, notamment en Atlantique en 1771  sur le Flore sous les ordres de Borda et devient membre associé de l'Académie de Marine la même année.

Puis en  Méditerrannée et mers du Levant sur  L'Aigrette en 1775, et à nouveau en Atlantique sur La Boussole avec Borda en 1776

 

Son intelligence et ses aptitudes scientifiques le font remarquer de ses supérieurs et en 1777 il est promu lieutenant de vaisseau.

 

 

LA GUERRE D'INDÉPENDANCE AMÉRICAINE

 

En 1778,  il participe le 27 juillet  à la bataille d'Ouessant  et reçoit la croix de Saint-Louis.

Il est alors chargé de préparer une mission dans l'Océan Indien sous les ordres de Ternay, mais le projet ne sera pas retenu.

 

Il embarque alors sur le Duc de Bourgogne (80 canons) navire amiral de l'escadre que doit conduire Ternay (avec Médine comme capitaine de pavillon) et figure en seconde position sur la liste des lieutenants de vaisseau de ce navire.

Parti de Brest  en juin 1780, l'escadre  découvre les côtes d'Amérique le 4 juillet près de la baie de la Chesapeake.

Liberge de Granchain partage alors toutes les activités, mouvements et combats de son escadre. Durant l'hiver 1780-1781 il assure les fonctions de major de l'escadre à Newport, ( il pourra observer une éclipse de soleil).

 

Ternay étant décédé le 15 décembre 1780, c'est DesTouches qui lui succède sur le Duc de Bourgogne avec Champmartin comme capitaine de pavillon.

Le 8 mars 1781 l'escadre  appareille de Newport pour convoyer des troupes jusqu'à la Chesapeake aux fins de soutenir La Fayette, mais doit le 16 mars affronter l'escadre d'Arbuthnot, et quoiqu'en infériorité numérique semble avoir l'avantage sur elle. Toutefois les Anglais à son vent l'empêchent de rejoindre la Chesapeake et DesTouches doit alors retourner à Newport..

Toujours major de l'escadre, il exprime dans une lettre à son ami Bourblanc d'Abeville, écrite de Newport le 16 août 1781, les préoccupations de sa charge :

"J'ai six mille hommes à nourrir, et, sans avoir presqu' aucune connaissance des affaires de finances, je me trouve comptable de plus de six millions. Ajoute à cela la police de l'escadre, la correspondance avec les américains et très souvent avec les Français..... Faites donc la paix en Europe pour que je retrouve un peu de tranquillité, mais ne la faites pas cependant aux dépens de l'Amérique. Je ne sais si ce peuple a pour devenir libre tous les titres politiques et naturels qu'il réclame, mais je sais que l'époque de sa liberté sera une des plus intéressantes de l'histoire du genre humain, et je suis bien aise d'en être le témoin et d'avoir coopéré à l'affermir..."

 

Barras prend alors la tête de l'escadre (Médine redevenant capitaine de pavillon) et, après la victoire de de Grasse à la Chesapeake le 5 septembre, peut le 10 septembre débarquer ses troupes, ses équipage et son artillerie de siège qui vont jouer un rôle déterminant dans la capitulation d'Yorktown  le 19 octobre.

Liberge de Granchain en est un témoin actif. Représentant la marine, parlant parfaitement l'anglais, il sera de ceux qui négocieront les termes de la capitulation auprès de Noailles et Laurens. Cette participation est attestée par une lettre du général Washington à l'amiral de Grasse  : "Mr. de Granchain assisted yesterday in digesting the articles of capitulation. As services this business is terminated. I propose to do myself the honour of waiting upon your Excellency on board. I have the honour to be....G. Washington"

 

Le Duc de Bourgogne, incorporé à la flotte de de Grasse, appareille alors pour les Antilles le 4 novembre et arrive à Fort Royal le 26 novemvre. En décembre il participe à une tentative contre la Barbade et en janvier 1782 à la prise de Saint-Christophe.

 

Nommé capitaine de vaisseau en septembre 1782, Granchain est alors chargé d'étudier l'extension du port du Hâvre en septembre 1782, puis est nommé major général de l'escadre concentrée à Cadix.

 

La paix signée, Granchain va commander la station deTerre-Neuve en 1784. Il rejoint La Fayette en 1784 à Boston, séjourne avec lui chez G. Washington,  et l'accompagne dans sa tournée triomphale aux États-Unis avant de le ramèner en France sur La Nymphe.

 

APRÈS LA GUERRE

 

Les activités scientifiques accaparent un temps  son activité : il publie les "Instructions nautiques" de Terre-Neuve en 1785, devient membre de l'American Academie of Arts et Sciences, membre de la Philadelphia Philosophical Sociéty. Il devient aussi en France membre correspondant de l'Institut des Sciences

 

En 1786 il est nommé major général de la 5ème escadre à Brest.

 

En 1787 il est député de la noblesse de Bernay à l'asemblée des notables.

 

.En 1788, il est Major d'escadre d'évolutions sur  L'Illustre en Méditerrannée.

 

En novembre 1790 il est nommé directeur des Ports et Arsenaux.

 

En 1789, aux États-Généraux, il vote avec la noblesse.

 

Il se retire du service actif en décembre 1791, alors âgé de 47 ans seulement, mais reprend du service en 1797,  comme membre de la commission chargée d'étudier le projet de descente en Angleterre.

 

Napoleon songera à lui confier le Ministère de la Marine.

 

 

 

Aveugle et fatigué, Liberge de Granchain décède à Granchain le 18 juin 1805, âgé de 61 ans.

 

Il  laisse une réputation d' homme intelligent, droit et estimé de ceux qui l'ont fréquenté.

 

Sur le mur du château de Granchain est apposée une plaque rappelant ses titres et états de service.

 

 _______________________________

 

 

Descendants SAR :  LX de Sainte-Preuve (corédacteur) , A. de La Barre de Nanteuil