SAR France

Sons of the American Revolution - Branche française

I would like to be invited into "SAR France".

La paix de 1783

La paix et ses conséquences

Quelques succès complémentaires en Méditerranée (reprise de Minorque) et aux Antilles (St Eustache, Saint-Christophe), tempérés par la défaite navale française des Saintes en avril 1782, conduisent le gouvernement britannique à rechercher par la négociation la fin d'une guerre impopulaire qui devient financièrement insupportable et que poursuivent avec succès dans l'Océan Indien les escadres du bailli de Suffren qui, de victoires navales en débarquements réussis, s'installent à Ceylan et assiègent les comptoirs des Indes.

Combat victorieux du Scipion (Aal de Grimoüard) de 74 canons contre le London de 98, le Torbay de 74, une corvette et une goölette, le 17 octobre 1782.

Après quelques préambules, fin 1782 , faisant craindre des accords séparés, l'ensemble des belligérants concluent la paix à Versailles, le 3 septembre 1783.

L'Angleterre reconnaît à ses anciennes colonies leur indépendance et même le droit de s'étendre indéfiniment à l'ouest sur les territoires non encore conquis. Quelques prises de guerre sont échangées. Les Espagnols gardent la Louisiane et regagnent la Floride.
Les Anglais restent à Gibraltar. Mais ces derniers vont reprendre rapidement le commerce qui fera d'eux la première puissance mondiale au XIXème siècle et qui remet leurs finances en équilibre. Louis XVI devra convoquer les Etats Généraux pour équilibrer les siennes. On connaît la suite.

George Washington, retourné à ses terres, tel le Romain Cincinnatus après ses brillantes victoires, est mis à contribution pour présider à l'élaboration d'une constitution commune. Celle-ci, ratifiée non sans difficultés par les ex-colonies, prévoit un président. Malgré ses réticences, Washington est unanimement porté - cinq jours avant l'ouverture à Versailles des Etats Généraux - à la tête d'une Fédération dont il va devoir inventer le gouvernement.